Le retour de la croix en Lorraine



        Le retour au pays ne fut pas sans surprise, l'administration ayant décidé de s'en mêler. Les douanes réclamèrent une taxe de 7.85 mark de l'époque pour réimporter la croix.


        Une longue correspondance s'établit alors entre le curé de Morsbach et l'administration de Strasbourg, mais, comme la croix avait été fabriquée avec du chêne du pays, elle devait être exonérée de taxe.
Entre-temps, la croix resta boquée à la frontière de la Lorraine, à Pagny-sur-Moselle, sans pouvoir être ramenée à destination.
Un employé des douanes de Strasbourg se rendit alors à Morsbach afin de connaître les raisons de son expédition à l'étranger et ainsi régler le litige.
Preuve fut faite par un employé de la station des chemins de fers de Cocheren, que la croix avait bien fait le voyage pour Jérusalem et l'administration libéra la confiscation et remboursa les frais payés.


    Enfin arrivée à destination, les problèmes ne s'arrêtèrent pas pour autant...


Il fallait, à présent, installer la croix dans l'ancienne église Saint-Sebastien de Morsbach.


        C'est le 28 octobre 1900, transportée par huit mineurs du village, que la croix fit son entrée dans l'église entre une haie d'honneur et au milieu d'une foule de plus de six mille personnes.

Le sermon fut prononcé par le prêtre de Saint Maxime, le chanoine Muller.
Mais certains officiels considérèrent que ce sermon attaquait sévèrement les protestants!

eglise st sebastien


precedentsuite

debut dossier | sommaire | retour index