Archives de catégorie : Homélies

Homélies



Homélie du 29e DTO – Père Bernard SCHER

29ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

20/10/2019 « C »

Aujourd’hui, comme toujours d’ailleurs, les difficultés personnelles, sociales ne manquent pas et la parabole que nous venons d’entendre reste toujours d’actualité. Nous nous plaignons de la lenteur des services administratifs, des injustices dans beaucoup de domaines… L’honnêteté, la justice, la paix font parfois cruellement défaut en certains endroits et pour certaines personnes.

Jésus, par cette parabole, ne veut pas stigmatiser les juges, les magistrats, dont certains sont d’ailleurs très accueillants, de nos jours encore ; il nous parle surtout de LA PRIERE. Il nous apprend à mieux prier et il nous aide à répondre à la douloureuse question de la prière non exaucée….en apparence.

Cette veuve, qui fait partie des plus pauvres de l’époque, vient demander à ce juge « qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes » une aide contre son adversaire.

Mais ce juge fait la sourde oreille ; il est sans cœur, insensible à la prière d’une pauvre femme. Elle ne fait pas le poids devant l’homme de pouvoir qu’il est; mais dans son extrême nécessité, elle prend le risque de l’importuner.

Combien de fois ne nous arrive-t-il pas de dire : »J’ai prié Dieu avec insistance….et il ne m’a pas écouté ». Au lieu de prier avec insistance et confiance, nous nous décourageons et nous baissons les bras, en accusant Dieu d’être sourd à nos demandes.

La prière requiert une grande patience et une confiance à toutes épreuves. Dans notre vie moderne nous sommes toujours pressés ; nous voulons tout tout de suite ; nous n’avons plus le temps pour une prière patiente et insistante. Et, si nous ne sommes pas exaucés comme nous le demandons, nous baissons les bras, contrairement à la veuve qui continue d’embêter le juge par ses demandes. St Augustin nous dit : « En nous proposant l’exemple de cette veuve, Jésus nous avertit qu’en priant sans cesse, nous serons certainement exaucés par le Dieu de miséricorde et de justice, puisque cette veuve, par son importunité a fini par fléchir même l’iniquité et l’impiété de son juge »

Restons confiants malgré les difficultés, gardons la foi en dépit de tout ; dans la patience, faisons confiance à Dieu.

Il est un Père aimant pour tous, surtout pour les plus petits ; il nous donne ce qu’il y a de meilleur pour nous, peut-être pas au moment où nous l’attendons ; si nous ne sommes pas exaucés tout de suite ne nous décourageons pas. Dieu ne reste pas insensible à une prière persévérante et confiante.

Un proverbe dit : « Aide-toi, le ciel t’aidera ! » Notre prière, si confiante soit-elle, ne doit pas être un alibi à l’effort personnel et à l’action. Elle doit nous engager dans notre vie quotidienne. N’oublions pas, non plus de prier les uns pour les autres.

Et n’oublions pas cette parole que nous dirons tout à l’heure dans le ‘Notre Père’ : Père, que te volonté soit faite sur la terre comme au ciel »

AMEN.



28e DTO – Homélie du père Bernard SCHER

28ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

13/10/2019 « C »

« L’un des dix, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix »

Seulement un sur dix se montre reconnaissant envers Jésus !

C’est vrai que la gratitude, les remerciements ne sont plus tellement d’actualité, même de nos jours. Une des premières choses que les parents apprennent à leurs enfants c’est de « dire merci »

Le message de cet évangile ne veut pas être simplement une leçon de ‘savoir vivre’ ; plus que cette qualité du cœur, il nous enseigne une qualité de rencontre avec Jésus et de foi en lui.

On imagine facilement la grande espérance de ces lépreux lorsqu’ils ont entendu que Jésus était dans la région. Comme Naaman le syrien venu demander la guérison de sa lèpre à Elisée, le prophète, ces lépreux viennent, avec confiance, vers Jésus ; ils expriment leur FOI en lui, parce qu’ils croient qu’il peut les guérir ; sur son ordre, ils partent faire constater leur guérison par les prêtres, alors qu’ils sont encore malades. C’est en cours de route qu’ils constatent leur guérison ;

Une fois guéri, 9 d’entre eux ne pensent pas du tout à venir remercier celui qui leur a redonné la vie.

Chers amis, est-ce que nous n’agissons pas parfois vis-à-vis de Dieu comme ces ingrats ? Lorsque les difficultés, la maladie, l’échec, les inquiétudes….noua assaillent, nous nous souvenons du Seigneur et nous retrouvons le chemin vers lui : on prie, on fait brûler des cierges, on donne des offrandes. Lorsque Dieu nous exauce (il entend toujours nos prières), est-ce que nous pensons à le remercier, à revenir sur nos pas et à lui rendre grâce, comme cet étranger de l’évangile ?

Notre prière peut et doit être prière de demande, parce que Jésus nous a dit : « Demandez et vous recevrez…. ». Mais elle doit surtout être une grande action de grâce, une reconnaissance. L’Eucharistie à laquelle nous participons régulièrement est, par excellence cette démarche de foi par laquelle nous venons remercier le Seigneur pour tous les bienfaits qu’il nous donne ; comme nous le disons tout à l’heure dans la préface : « Vraiment il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâces toujours et en tous lieux…  »

Durant quelques instants de silence, revoyons la semaine passée, revoyons tous les moments de joie, de bonheur et d’espérance, tout ce que nous avons vécu de bien, seul et avec les autres ; et, dans cette Eucharistie, rendons grâces à Dieu par son Fils Jésus Christ.

Et, durant la semaine, soyons des témoins joyeux et reconnaissants et disons, avec Marie, notre Mère : »Oui, le Seigneur a fait pour moi des merveilles, saint est son nom ! »

AMEN.



Homélie du 26e DTO – Père Bernard SCHER

26ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

29/09/2019 « C »

La lecture d’Amos et l’Évangile de ce 26ème dimanche ordinaire dénoncent ce que nous appelons aujourd’hui « la fracture sociale » : les très riches de notre société s’enrichissent de plus en plus, tandis que le nombre de pauvres, de gens qui n’ont pas les moyens de vivre décemment, ne cesse de croitre. Et la pauvreté n’est pas que matérielle : il y a la misère de ceux qui sont privés d’instructions, de considération sociale, d’accueil, de respect et d’amour.

Dans l’évangile, ce qui est étonnant, c’est que le riche n’a pas de nom, tandis que le pauvre s’appelle Lazare. Dans notre société c’est l’inverse, on connait en général le nom des riches, des gens bien en vue, mais très peu celui des pauvres.

Cette parabole risque de nous faire penser que le paradis appartient automatiquement aux pauvres, ce qui n’est pas toujours vrai : on peut être pauvre et en même temps très mauvais ; et tous les riches ne sont pas des crapules, ni des profiteurs : certains partagent, aident ceux qui sont dans le besoin. Ils mettent une partie de leur fortune au service des causes communes, pour le bien de la société. Les pauvres n’iront pas tous automatiquement au paradis et les riches en enfer ! La dernière phrase de cet évangile nous montre le chemin à suivre, que nous soyons riches ou pauvres : « S’ils n’écoutent pas Moïse ni les prophètes (je dirais : si nous ne vivons pas la Bonne Nouvelle que Jésus nous apporte) quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus »

Quelle est la différence entre le riche de l’évangile et le pauvre ? Le riche, qui invite des convives de son milieu à de grands festins, est incapable de voir le pauvre Lazare qui croupit devant sa porte, couvert d’ulcère, ‘soigné’ par les chiens , qui est malades, sale, et ne mérite aucune attention.

Plus tard il demandera à Abraham une goutte d’eau, alors qu’il n’a jamais donné une miette de pain.

Quelle est notre réaction quand nous croisons un pauvre sur notre chemin, sur le trottoir des villes ? Nous disons que nous n’avons rien à donner, ou bien nous détournons notre regard en changeant de trottoir. Ou bien nous mettons une piécette dans la boite qu’il nous tend…..et nous avons bonne conscience.

Le riche avait certainement bonne conscience, comme disent certains aujourd’hui : »Je n’ai pas tué, ni volé….donc je suis quelqu’un de bien ! » Etre chrétien c’est, avant tout être attentif, accueillant aux autres, les aimer, non pas en théorie, mais en « actes et en vérité », c’est voir celui qui a besoin de moi, que je me rends parfois invisible, comme le riche de l’évangile l’a fait pour Lazare.

Sommes-nous prêts à nous convertir chaque jour ? A prendre conscience que notre façon de consommer n’est pas neutre, à bousculer nos préjugés vàv des immigrés, des étrangers ? Suis-je prêt à agir avec d’autres afin de changer autour de moi ce qui va mal, ce qui avilit toute personne humaine ?

Dans cette Eucharistie le Christ nous appelle, une fois de plus, à nous unir à lui et entre nous, pour travailler continuellement à la construction d’un monde nouveau, plus juste et plus fraternel. Alors nous serons un jour, assis à la table du seigneur, avec tous les pauvres Lazare . AMEN.



Homélie du 25e Dimanche du Temps Ordinaire – Père Bernard SCHER

25ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

21/09/2019 « C »

En entendant cette histoire de « l’intendant malhonnête » on pourrait se croire au : 21° siècle. Fausses factures, délits d’initiés, abus de biens sociaux financements occultes….et dans tout cela mensonge honteux et sans scrupules ; il n’y a rien de neuf sous le soleil ! les mêmes tromperies existaient déjà du temps de Jésus ; et bien des siècles auparavant, le prophète Amos dénonce déjà, avec violence, ceux qui s’enrichissent en trichant, « ceux qui achètent le faible pour un peu d’argent et le malheureux pour une paire de sandales »

Cet intendant malhonnête et magouilleur sentait la menace qui plainait sur son avenir, parce qu’il dilapidait les biens de son maitre, et il a essayé de s’en sortir par des moyens malhonnêtes. En entendant cet évangile on n’est pas très à l’aise : comment Jésus peut-il nous donner en exemple cet intendant malhonnête ? Il fait son éloge, non pas pour sa malhonnêteté ; il a compris qu’il pouvait se servir de l’argent de son maitre pour ne pas perdre ses amis quand il serait licencié. Il est malhonnête, mais il est astucieux pour se créer des soutiens dont il va avoir besoin dans la suite.

Jésus nous le donne en exemple, parce qu’il a compris que les relations humaines, amitiés, solidarité, accueil…sont plus importantes que l’argent, et sont une sécurité supérieure à un compte en banque bien fourni.

L’envie de gagner toujours plus d’argent, de s’enrichir de plus en plus, même au détriment des autres, rend certaines personnes très inventives : nous connaissons des exemples très précis, surtout dans les hautes sphères de notre société, gouvernement et autres….

Jésus voudrait que nos luttes pour la paix, pour la justice, nos effort pour vivre l’mour et l’accueil, nous rendent aussi inventifs que la course à la richesse. Le jour où l’homme consacrera autant d’énergie à inventer des solutions en vue de la paix pour tous, qu’à accumuler toujours plus d’argent, la face du monde sera changée. Et Jésus nous rappelle que nous ne pouvons pas servir ET Dieu ET l’argent ; les deux ne vont jamais de pair.

Nous ne pouvons pas vivre décemment sans argent et nous savons que la pauvreté s’étend de plus en plus. Sachons utiliser nos richesses pour notre bien et celui des autres. L’argent peut devenir un maitre tyrannique qui endurcit notre cœur ; les histoires d’héritage sont, parfois, dans certaines familles, source de haines et de ruptures.

Dans la mesure où nous mettons nos richesses au service des autres, ou nous faisons le bien avec notre argent, nous aiderons ceux qui sont dans le besoin et nous rendrons le monde un peu meilleur. De toute façon, nous n’emporterons aucun magot dans le cercueil.

Si l’argent peut faire beaucoup de mal (vols, tricheries, exploitation des autres, injustices de toutes sortes….) avec lui on peut aussi réaliser tellement de bien ! Nous voyons encore beaucoup de gens qui aident ceux qui sont dans le besoin, surtout lors des catastrophes naturelles, qui accueillent des immigrés et ceux qui n’ont pas grand chose pour survivre.

Frères et sœurs, posons-nous honnêtement la question : avec qui je partage mes richesses ?

Comme chrétiens qui veulent vivre l’Évangile, n’oublions pas cette parole de Jésus : « Vous ne pouvez pas servir, à la fois, Dieu et l’argent. » Accueillons le Seigneur, dans cette Eucharistie, où il nous donne la vraie richesse : son amour pour le Père et pour nos frères et sœurs. AMEN.

Adresse de présentation à ses nouveaux paroissiens – Abbé Sébastien ROCH

L’Abbé Sébastien ROCH se présente à ses nouveaux paroissiens et expose les lignes de forces de sa mission à leurs côtés. Filmé lors de la messe d’installation et d’accueil en l’Abbatiale Sainte-Croix de BOUZONVILLE le 15/9/2019. Installation par l’Abbé Pascal SARJAS, recteur du grand séminaire de Lorraine.

La joie d’être aimé par Dieu et se faire disciple de cet amour – Homélie P. Pascal SARJAS

La joie d’être aimé par Dieu et se faire disciple de cet amour. Homélie prononcée par le père Pascal SARJAS – Recteur du grand séminaire de Lorraine – en l’Abbatiale Sainte-Croix de Bouzonville le 15/9/2019 (24e dimanche du Temps Ordinaire) à l’occasion de la messe d’installation et d’accueil de l’abbé Sébastien ROCH qui nous lit l’Évangile de ce jour : Luc 15,1-10.
L’homélie s’articule autour de trois axes :

– L’amour, l’attention et le soin que Dieu le Père a pour chaque être

– Le sens de la croix glorieuse

– Explication de l’enjeu missionnaire du projet pastoral diocésain lancé par notre évêque Mgr Lagleize.