Tous les articles par admin

La joie d’être aimé par Dieu et se faire disciple de cet amour – Homélie P. Pascal SARJAS

La joie d’être aimé par Dieu et se faire disciple de cet amour. Homélie prononcée par le père Pascal SARJAS – Recteur du grand séminaire de Lorraine – en l’Abbatiale Sainte-Croix de Bouzonville le 15/9/2019 (24e dimanche du Temps Ordinaire) à l’occasion de la messe d’installation et d’accueil de l’abbé Sébastien ROCH qui nous lit l’Évangile de ce jour : Luc 15,1-10.
L’homélie s’articule autour de trois axes :

– L’amour, l’attention et le soin que Dieu le Père a pour chaque être

– Le sens de la croix glorieuse

– Explication de l’enjeu missionnaire du projet pastoral diocésain lancé par notre évêque Mgr Lagleize.

Plaidoyer pour la paroisse – Père Stéphane Lemessin

Cette semaine le Père Lemessin nous invite à réfléchir sur ce qu’est une paroisse, son intérêt, son sens, les alternatives à la paroisse. Les évolutions que pourraient connaître les paroisses. Retrouvez le père Lemessin chaque semaine sur Missionweb Radio http://listen.mission-web.com

radio.mission-web.com
radio.mission-web.com

Retrouvez d’autres chroniques du
Père Stéphane Lemessin sur
radio.mission-web.com
et chaque jour sur Missionweb Radio
http://listen.mission-web.com



Repas paroissial Drogny/Piblange

Le Conseil de Fabrique de DROGNY / PIBLANGE

Organise comme tous les ans à l’occasion de la Fête Patronale

Le REPAS paroissiale : Dimanche 06 octobre 2019 à 12h00

A la Salle des fêtes de PIBLANGE

Adultes : 22,00@ Enfants (6 à 12 ans) : 11.00 €

Renseignements et inscriptions :

M. BAYARD Jean – Paul. Fixe : 03 87 35 82 72
Portable: 06 70 22 11 28
M. REINERT Raymond. Fixe : 03 87 35 73 47
 

Fiche inscription repas paroissial Drogny/Piblange – Cliquer sur ce lien pour visualiser le document



Homélie du 24e DTO – Père Bernard SCHER

24ème DIMANCHE DU TMPS ORDINAIRE

15/09/2019 « C »

Les ennemis de Jésus sont continuellement à l’affut de ce qu’il fait et de ce qu’il dit ; et aujourd’hui ils lui reprochent de fréquenter, d’être amis et même de manger avec les pécheurs. Les scribes et les pharisiens, ces « bien-pensants », qui ne se prennent pas pour n’importe qui, se répandent en reproches virulents contre lui parce qu’il fait bon accueil à ceux que tout bon juif doit rejeter. Ils ne comprennent pas que sa mission première est d’aller à la recherche de ceux qui sont perdus, qui sont loin ; pour Dieu c’est une grande joie lorsqu’ils reviennent.

Personne n’aime perdre, ni argent, ni travail, ni santé, ni l’estime des autres. Et d’ailleurs, on ne perd pas volontairement : ces trois histoires que Jésus raconte mettent en scène ces situations désagréables ; qui n’a jamais retourné tous les tiroirs pour rechercher une chose qui lui est indispensable ? On est HEUREUX lorsqu’on retrouve ce qu’on a perdu.

La finale des trois histoires débouche sur la joie. « Réjouissez-vous avec moi car j’ai retrouvé ce que j’avais perdu ! » La joie demande toujours à être partagée.

La 3ème histoire, que j’appellerais « la parabole du père prodigue….en amour » est toujours d’actualité aujourd’hui. Aux yeux de Dieu nous sommes tous et toutes parfois comme ce fils cadet qui, un jou,r ne voulait plus rien savoir de sa famille ; il pense qu’il est assez grand pour se débrouiller tout seul, il renie les siens. Pour le Père il est dorénavant le fils perdu, dont il guette continuellement le retour. Ce Père au grand cœur est l’image de Dieu notre Père, qui attend toujours le retour des pécheurs que nous sommes.

Lorsqu’il voit de loin son fils qui revient « il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers » Il lui ouvre ses bras de père et ne lui laisse même pas le temps de s’excuser.

Je suis toujours ému devant ces parents qui me racontent qu’un de leurs enfants est parti et ne veut plus rien savoir d’eux ; et ils ajoutent : « Vous savez, s’il revient, on lui ouvrira toujours notre porte ; il reste toujours encore notre enfant ! »

Notre Dieu est un Père patient ; il va, sans se décourager, à la recherche de la brebis perdue il ne lui ferme aucune porte, surtout pas celle de son cœur. Il est aussi têtu : il n’abandonne jamais l’espoir de la repentance et des retrouvailles et il ne baisse jamais les bras devant nos infidélités.

Le Père de l’évangile sort pour supplier son fils ainé de venir se réjouir avec eux ; mais celui-ci se sent lésé ; il ne veut pas partager la joie des retrouvailles. Il ne veut plus entendre parler de son frère : son jugement est catégorique : « Il a gaspillé tout ton bien avec des prostitués et toi tu lui fait la fête ! » lui dit-il.

Dans le cœur de notre Père nous sommes tous et toutes importants, il nous aime chacun, chacune au même titre et n’exclut personne de son amour ; il comprend nos faiblesses et nous aide toujours à revenir vers lui.

Et nous-mêmes, frères et sœurs, sommes-nous capables de nous réjouir du bien qui arrive autres et du bien qu’ils font ? Ou bien sommes-nous jaloux, comme le fils ainé ?

Durant cette Eucharistie et dans nos journées, remercions le Dieu très bon et miséricordieux pour tout ce qu’il nous donne dans son Amour infini, pour tout le bien qu’il fait pour les autres et par eux. AMEN.

Témoins d’aujourd’hui – Père Stéphane Lemessin

Partant de figures emblématiques récemment disparues telles le cardinal Etchegaray, le père Lemessin nous amène à réfléchir sur notre propre engagement, à l’exemple de témoins que sont mère Teresa ou les saints en général. Retrouvez le père Lemessin chaque semaine sur Missionweb Radio http://listen.mission-web.com

radio.mission-web.com
radio.mission-web.com

Retrouvez d’autres chroniques du
Père Stéphane Lemessin sur
radio.mission-web.com
et chaque jour sur Missionweb Radio
http://listen.mission-web.com



Homélie du 23e dimanche du temps ordinaire – Père Bernard SCHER

23ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

8/0982019 « C »

Pour cette grande foule qui le suivait, qui écoutait avec plaisir, avec intérêt, ses paroles, Jésus me semble très dur et très catégorique ; c’est bien beau de venir très nombreux pour l’entendre ; mais comment cens gens accueillaient-ils ces exigences très dures ? Et nous comment les recevons-nous ?

-Tout laisser pour le suivre et porter sa croix à sa suite »

Suivre le Seigneur, cela suppose un retournement important et continuel dans notre vie, dans notre façon de penser, de raisonner, de croire ; c’est faire la vérité avec soi et avec les autres. Nous n’avons pas le droit d’accepter une vie routinière et superficielle. Nous devons utiliser notre intelligence pour avoir des convictions solides afin de mettre notre vie de chaque jour au service de Dieu et de nos frères ; ainsi nous rendons compte de la foi et de l’espérance qui nous habitent. Cela suppose également que nous sachions reconnaitre nos richesses, les dons de Dieu (nous en avons tous et toutes !) ; demandons-nous régulièrement ce que nous en faisons ; les gardons-nous égoïstement pour nous ou bien les mettons-nous au service des autres, de la société ?

Mais tout cela demande réflexion : s’asseoir pour voir ce que nous pouvons, ce que nous devons faire pour que notre vie soit féconde.

Comme chrétiens nous sommes à l’école du Maitre qui nous donne l’exemple ; être disciple de Jésus c’est l’écouter pour mettre en pratique son enseignement. C’est nous inspirer de sa vie parmi nous en sachant que cela peut nous emmener très loin, ses paroles sont exigeantes et ne permettent pas de nous endormir dans nos égoïsmes : « Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple », nous dit-il. Lui le Fils du Dieu Tout Puissant, a vécu notre vie d’homme ; il a connu nos difficultés, il était affronté à l’incrédulité de ses ennemis, à l’incompréhension de ses apôtres ; il a souffert la passion et accepté la mort sur la croix pour tous les hommes.

Dans nos inquiétudes, dont le monde moderne nous accable régulièrement, dan cette vie qui est de plus en plus difficile, surtout pour les plus pauvres, nous nous décourageons et beaucoup refusent de s’asseoir pour voir où ils en sont et chercher ce qu’ils peuvent faire pour réagir. Devant les souffrances personnelles et collectives comme les catastrophes, nous risquons facilement d’accuser Dieu : « S’il existe, pourquoi permet-il toutes les injustices et la souffrance des innocents ? »

Il est vrai que ce n’est jamais facile d’accepter les souffrances morales ou physiques ; nous devons nous battre contre tout ce qui écrase l’homme. Dans nos partages de foi, en Mouvements d’Action Catholique et dans d’autres réflexions communes, nous réfléchissons ensemble sur les moyens rendre ce monde plus humains et plus juste.

Dans cette Eucharistie, redisons au Seigneur que nous voulons porter nos croix quotidienne avec lui ; ainsi nous serons les disciples de son Amour pour tous les hommes.

AMEN.

Pour une rentrée Catho ! Père Stéphane Lemessin

Dans cette nouvelle chronique le Père Lemessin reviens sur les orientations que doit prendre l’Église pour partager l’Evangile avec le plus grand nombre, quelle que soient leur sensibilité. Autant de chemins différents pour rencontrer l’Amour de Dieu, Jésus Christ. Retrouvez le père Lemessin chaque semaine sur Missionweb Radio http://listen.mission-web.com

radio.mission-web.com
radio.mission-web.com

Retrouvez d’autres chroniques du
Père Stéphane Lemessin sur
radio.mission-web.com
et chaque jour sur Missionweb Radio
http://listen.mission-web.com