Archives par mot-clé : Barthelmé



Coronavirus – Message de Jean-Louis Barthelmé

Chers amis internautes,

Nous voici donc toutes et tous confinés chez nous, à domicile ou là, où nous avons choisi de vivre ces jours et ces semaines de confinement. Ce cas de figure, sans précédent, (jusqu’à ce jour, le monde n’a jamais connu une situation semblable !), nous invite à vivre un temps de carême comme nous n’en connaîtrons peut-être plus jamais… Enfin, espérons !? Ou alors, un grand mal nous prépare à vivre une vraie résurrection, un réel passage des ténèbres à la lumière. Du confinement à une vie nouvelle, renouvelée et plus jamais comme avant, parce que nous aurons pris conscience de notre finitude, de notre fragilité et de nos manques de sérieux dans notre façon de consommer, de vivre comme si les matières premières étaient inépuisables sur cette terre… Nous le savons bien, depuis longtemps, nous sommes notre propre prédateur, destructeur, pollueur… Si « nous sommes en guerre contre un ennemi invisible », comme nous l’a rappelé notre Président de la République ces jours-ci, n’oublions pas que l’homme est un ennemi visible pour lui-même ! Et toutes celles et ceux qui ne respecterons pas les consignes demandées, attesterons malheureusement ce propos que je viens de formuler.

Cependant, l’heure ne doit pas être à la sinistrose, malgré la gravité de notre situation mondiale sans précédent. Pour nous chrétiens, l’Espérance ne doit jamais être un vain mot, mais une réalité du quotidien, dans notre manière d’être, face à l’adversité. Rappelons-nous, en ces heures sombres et difficiles, le courage, la témérité et la force de foi des martyres de tous les temps, eux qui ont su braver toutes sortes d’ennemis, de tragédies et relever le défi de garder la foi en toutes circonstances. Nous voici maintenant en situation concrète d’exprimer à notre tour, la foi qui nous habite vraiment. Osons l’Espérance par delà l’inquiétude et l’inconnu du lendemain. N’oublions pas non plus, nos aînés qui, plus récemment, ont vécu un confinement dans les caves et les souterrains, parce que l’ennemi était armé, jusqu’à larguer des bombes venues du ciel ! Les grandes guerres ont fait des millions de victimes à cause de la violence, de l’inconscience et de l’orgueil des hommes, incapables de construire une paix durable où il fait bon vivre. Et voici que, dans une période de paix relativement importante en Europe depuis quelques décennies, une « 3° guerre mondiale » s’abbat sur nous, sans que personne ne s’y attendait… ou, plutôt, qu’on espérait ne jamais arriver ! Mais, voilà, le destin en a décidé autrement… ou, alors, l’imprudence humaine, la volonté de détruire l’humanité, l’inconscience d’une recherche scientifique mal maitrisée, nouvelle forme de terrorisme… ? Peu importe, les hypothèses, les scénarios et les fake news ne manquent pas : n’en rajoutons pas davantage !

Notre devoir en tant que chrétiens, face à ces événements, c’est de garder allumer cette flamme de l’Espérance plus forte que la soufrance, la détresse et la mort. Ce temps du Carême qui nous prépare justement aux fêtes de Pâques, (même si cette année elle prennent une toute autre tournure) nous invite à « revenir de tout notre coeur » vers le Seigneur de la vie et de la guérison. Revenir de tout notre cœur vers le Seigneur signifie pour nous : arrêter de suivre des chemins qui ne mènent nulle part ; cesser de vivre comme si la planète n’était pas en danger, comme si l’être humain n’était pas menacé ; arrêter de vivre sur cette terre comme si nous y étions pour toujours, alors que nous ne sommes que de passage et que notre destinée est ailleurs ! Nous le savons tous, en tant que croyants : nous venons de Dieu et nous retournons à Lui. Ainsi donc, notre origine et notre destinée n’est qu’en Dieu seul et pas n’importe quel Dieu, mais le Dieu Créateur, Infiniment Bon, Tout Puissant d’Amour et qui ne veut pas la mort du pécheur, mais qu’il vive… Comment avons-nous pu nous éloigner autant d’un Dieu si Bon et si proche de nous ? Comment avons-nous pu ignorer les consignes de notre Créateur avant de mettre en œuvre celles que nous venons de recevoir par ceux qui nous gouvernent sur cette terre ? N’était-il pas important de vivre et de développer « une écologie intégrale » de l’Homme et de la Nature, depuis toujours ?

Espérons que ces jours, ces semaines et ces mois à venir nous aiderons à revenir de tout notre cœur, à l’essentiel, à Dieu, à la sauvegarde de la Création, de la planète, à plus de justice, de fraternité, de paix, de miséricorde et d’amour. En ces jours qui sont les nôtres, personne ne pourra prétendre (à part le personnel soignant et tous les travailleurs qui ne peuvent cesser l’activité professionnelle), qu’il n’a pas le temps de prier ou de penser à Dieu, à la vie du monde ! N’arrêtons jamais le mouvement de la prière quotidienne qui est aussi puissant que le respect des consignes pour combattre cette pandémie.

Puissions-nous, chers amis, nous inspirer de cette prière du Pape François, en l’adaptant à notre situation française et mondiale ; une prière composée par le Saint-Père dans laquelle il demande à la Vierge une protection particulière pour le peuple romain et pour tous ceux qui sont affectés ces jours-ci par la souffrance et la maladie causée par le virus.

Voici la prière du Pape François:

« Ô Marie, Tu brilles toujours sur notre chemin

comme un signe de salut et d’espoir.

Nous nous confions à toi, Santé des malades,

qui auprès de la Croix, a été associée à la douleur de Jésus,

en restant ferme dans la foi.

Toi, Salut du peuple romain, (de France et du Monde),

tu sais de quoi nous avons besoin

et nous sommes sûrs que tu y pourvoieras

pour que, comme à Cana de Galilée,

la joie et la fête reviennent

après cette épreuve.

Aide-nous, Mère de l’amour divin,

à nous conformer à la volonté du Père

et à faire ce que nous dira Jésus,

qui a pris sur lui nos souffrances

et s’est chargé de nos douleurs

pour nous conduire à travers la Croix,

à la joie de la résurrection. Amen.

Sous Ta protection, nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.

Ne méprise pas les suppliques de ceux d’entre nous qui sont dans l’épreuve,

et délivre-nous de tout danger, ô Vierge glorieuse et bénie. »

Jean-Louis Barthelmé

Le carême : un chemin de liberté, de libération ! Père Jean-Louis BARTHELMÉ

En ce temps de Carême, je vous invite à redécouvrir ce message que nous avait adressé l’an dernier le Père Jean-Louis Barthelmé.

Comment ne pas tomber dans le piège de la routine en vivant le Carême sans en comprendre le sens ? Père Jean-Louis Barthelmé.

Retrouvez-le sur Missionweb Radio http://listen.mission-web.com



Lettre pastorale de M. l’abbé Jean-Louis BARTHELMÉ

Quel avenir pour nos églises, nos paroisses,
nos communautés de paroisses ?

Chers paroissiens et habitants de l’archiprêtré de Bouzonville toute l’équipe pastorale de notre secteur vous souhaite, à vous, à vos familles et à tous vos amis, de très sereines et apaisantes fêtes de Noël, ainsi qu’une bonne entrée dans la nouvelle année 2019.

Au nom de toutes mes collaboratrices et collaborateurs, je me permets de vous adresser ce message sous forme de lettre pastorale destinée à tous les paroissiens et habitants de notre secteur constitué de nos cinq communautés de Paroisses : St Benoît de Bouzonville, St Bruno de Tromborn, St Wendelin de Gomelange, Notre Dame des Moulins de Freistroff et Notre Dame de Grafenthal de Schwerdorff ; cinq communautés de paroisses qui forment désormais, notre nouvel archiprêtré de Bouzonville, depuis le 1er septembre 2018.

Le 24 juin dernier, notre Évêque, Mgr Jean-Christophe LAGLEIZE, a promulgué un projet pastoral intitulé :

« Une Église de disciples-missionnaires :
projet pour une conversion pastorale
et missionnaire de l’Église en Moselle ».

Comme le souligne bien l’intitulé de ce nouveau projet pastoral diocésain, nous sommes toutes et tous invités à vivre d’abord, une conversion profonde pour nous projeter dans les années à venir. Quel sera l’avenir de nos communautés chrétiennes, de nos communautés de paroisses, de nos archiprêtrés ? Qui peut le dire ? Personne !

Mais, quoi qu’il arrive, l’avenir se prépare ! Pas n’importe comment ; les écueils à éviter sont les suivants : « faisons comme on a toujours fait ! » et « revenons en arrière, faisons comme autrefois, c’était bien mieux qu’aujourd’hui ! » Se convertir ne veut pas dire s’enfermer dans la routine et encore moins, se réfugier dans la nostalgie du passé ! Alors, comment faire ?

Ces 20 dernières années beaucoup de choses ont changé ; le monde, la société et l’Église ont évolué, malheureusement, pas toujours de façon positive et pas toujours avec un élan d’espérance ! Le climat de morosité sociale, politique et ecclésiale en ces temps qui sont les nôtres, nous invite, plus que jamais, à ne pas baisser les bras, à ne pas nous enliser dans le défaitisme et le pessimisme ! Au contraire, en tant que chrétiens baptisés, au nom de l’Évangile et du Christ, nous avons à proposer un autre chemin d’espérance que celui de la violence, du rejet, de l’exclusion et de la division !

En ce qui nous concerne directement, au niveau de l’archiprêtré de Bouzonville, nous avons déjà commencé à réfléchir avec l’équipe d’archiprêtré et les Équipes d’Animations Pastorales, aux différentes manières de mettre en œuvre, concrètement, ce projet pastoral dans notre secteur.

L’étape suivante consiste à informer très largement tous les chrétiens et habitants de notre secteur sur le contenu précis de ce projet pastoral. Nous le faisons, dans un premier temps avec cette lettre pastorale de secteur et, dans un deuxième temps, nous allons organiser deux rencontres importantes, sous forme de forum où tous les chrétiens, paroissiens de notre archiprêtré seront invités ; les deux rencontres auront exactement le même contenu pour permettre à un maximum de personnes d’y participer et de se mobiliser. J’espère qu’un grand nombre de personnes se déplacera, se mobilisera pour découvrir ensemble, l’ampleur de ce projet et les implications concrètes qu’il va générer dans notre archiprêtré.

Une faible mobilisation des catholiques de notre archiprêtré à ces deux rencontres sera le signe très clair que l’engagement chrétien au service des paroisses, de l’Église, au nom de l’Évangile n’est pas une priorité pour nos paroissiens. Si les gens ne se bougent pas pour la mise en œuvre de ce projet pastoral, il n’y aura peut-être plus d’autres opportunités à nous réveiller avant la perspective de fermetures définitives de la plupart de nos églises, parce que plus personnes ne s’y intéresse, ne les entretient et ne les finances. Une paroisse sans la participation active des paroissiens est d’avance vouée à disparaître !

Pour éviter cela, je vous invite à venir très nombreux à l’une ou l’autre de ces deux rencontres qui aura lieu le :

 Vendredi 25 janvier 2019 à 20h00
à la salle des fêtes d’Anzeling
ou le vendredi 1er févier 2019
à la salle des fêtes de Tromborn.

En vous remerciant d’avance, je vous redis à toutes et à tous la confiance que je mets en chacune et chacun d’entre vous pour relever tous les défis que l’avenir nous réservera. À tous je souhaite encore de très saintes et belles fêtes de fin d’année.

Abbé Jean-Louis Barthelmé,
Curé-archiprêtre de Bouzonville.